L'Homme précaire et la Littérature

By André Malraux

L'Homme précaire est à l. a. littérature ce que l. a. Métamorphose des dieux est aux beaux-arts.

Malraux suggest d'appliquer à los angeles littérature los angeles périodisation de l'histoire de l'art qu'il avait dégagée pour renouveler notre expérience des œuvres : une première période de figuration d'un surnaturel invisible, objet de prière et de dévotion ; une deuxième, à partir de los angeles Renaissance, au cours de laquelle l'art visait à représenter le monde réel, pour s'approcher toujours plus de l'illusion ; mais plus cette phantasm était poussée, plus elle occultait l'acte créateur, qui, dans un troisième temps et grâce à los angeles rupture initiée par Manet, devint désormais l'essentiel.

Appliquée à l. a. littérature, cette tripartition en bouleverse notre notion. los angeles fiction est los angeles concept pivot qui permet de distinguer respectivement les trois moments. Elle est, pour chacun d'entre nous, une expérience majeure : parce qu'elle nous fait vivre par procuration une vie, c'est-à-dire un temps autre que le nôtre, elle porte plus loin qu'un easy divertissement.

Show description

Preview of L'Homme précaire et la Littérature PDF

Best Art History books

The Forger's Spell: A True Story of Vermeer, Nazis, and the Greatest Art Hoax of the Twentieth Century

As riveting as a global battle II mystery, The Forger's Spell is the real tale of Johannes Vermeer and the small-time Dutch painter who dared to impersonate him centuries later. The con man's mark was once Hermann Goering, essentially the most reviled leaders of Nazi Germany and a enthusiast collector of paintings. It used to be a virtually excellent crime.

The Bernini Bust

After British paintings historian Jonathan Argyll sells a minor masterpiece to an American museum for an exorbitant expense, the museum's proprietor is murdered, a disreputable paintings broker disappears with a Bernini bust, and Argyll discovers his existence is at risk.

Renaissance Art: A Very Short Introduction

Artists like Botticelli, Holbein, Leonardo, Dürer, and Michelangelo and works similar to the final Supper fresco and the enormous marble statue of David, are widely used symbols of the Renaissance. yet who have been those artists, why did they produce such memorable photographs, and the way may their unique beholders have considered those gadgets?

Art in Renaissance Italy: 1350-1500 (Oxford History of Art)

The Italian Renaissance used to be a pivotal interval within the background of Western tradition in which artists equivalent to Masaccio, Donatello, Fra Angelico, and Leonardo created many of the world's so much influential and intriguing works in a number of creative fields. right here, Evelyn Welch provides a clean photo of the Italian Renaissance by way of difficult conventional scholarship and putting emphasis on recreating the event of latest Italians: the consumers who commissioned the works, the participants of the general public who considered them, and the artists who produced them.

Extra resources for L'Homme précaire et la Littérature

Show sample text content

Notre Moyen Âge ? Vaguement. Le poste frontière que les classiques confiaient à Malherbe, nous le confions à Villon. Avant lui, il faut traduire ou adapter. Nous éprouvons fortement qu’au moins jusqu’à Rutebeuf et Joinville, sauf pour les poètes occitans, los angeles forme joue un rôle différent, si elle en joue un. Bédier a réussi son Tristan, mais au-delà de cette Princesse de Clèves, nous devinons d’immenses lambeaux, l’appel des cornes dans le brouillard. l. a. relation de notre siècle avec notre littérature médiévale, spécialistes exceptés, se fonde sur ce que le temps des cathédrales doit avoir produit un paintings littéraire. Le grand Moyen Âge français — de Philippe Auguste à Philippe le Bel — nous a légué Joinville, à reason de Saint Louis, peut-être Rutebeuf. l. a. plus uniqueness présence médiévale n’est pas littéraire, elle est architecturale et musicale ; imaginons celle des Niebelungen, sans Wagner... BYZANCE De Sainte-Beuve à Crépet, des poètes de l. a. Pléiade à ceux de 1850, l’Anthologie n’avait pas tellement changé. Scève, Louise Labé, d’Aubigné (mais Hugo et Baudelaire aimaient d’Aubigné). Alors qu’entre ces anthologies et los angeles nôtre, s’établit une différence radicale, non dans le choix, mais dans l. a. standpoint. Les Anciens accompagnaient les premières, los angeles seconde ne leur oppose pas des réhabilitations, mais un trou : Byzance. Nous n’avons pas remplacé Virgile par [un blanc complété à los angeles major par  personne], ni même Tite-Live par Psellos. Mais los angeles continuité linéaire des Anciens aux Modernes a changé de nature. los angeles Renaissance s’est glissée dans los angeles coquille de l’histoire romaine seule. Ce que nous suggère confusément le mot empire, c’est sans doute Rome, y compris l. a. république, mais aussi le Bas-Empire. Montesquieu changerait aujourd’hui sa desk des matières. Pour les Byzantins conquis, Rome finissait en 1453 ; nous commençons à le penser comme eux. Ils se réclamaient de Rome, on parlait grec à Byzance et on avait beaucoup parlé grec à Rome ; mais aussi, et sans doute d’abord, Byzance fut perdue par des chrétiens. Ses grands écrivains ne sont encore connus que des spécialistes ; l’histoire, plus internationale que l. a. littérature, nous dit déjà que Justinien, Phocas, Théophane et même Andronic Comnène, feraient assez bonne determine dans quelque Salluste, et Basile II, dans Plutarque. L’émergence de l’Empire byzantin ne coïncide pas seulement avec celle du � millénaire obscur », d’Alexandre à Mahomet. Les valeurs basculent : nous découvrons les cooks de guerre de cet empire qualifié de basse-cour, los angeles spiritualité de cet artwork dit enfantin, le dostoïevskisme de ce rabâchage. los angeles dynastie macédonienne fait determine d’héritière d’Alexandre plutôt que d’Héliogabale. Nous nous habituons peu à peu à l’histoire du monde, et ne sommes pas fâchés de trouver dans l’an mil une très bonne date de los angeles littérature féminine japonaise ; mais l’entrée en scène de Byzance viendrait-elle d’un jeu des astres ? Son effacement par Rome, c’est le traditionnel effacement de l’Orient par l’Occident ; mais l. a. fin du primat des Anciens, n’est-ce pas aussi l’Occident, sous l. a. forme des États-Unis ?

Download PDF sample

Rated 4.70 of 5 – based on 24 votes